Étiquettes

, , ,

Aujourd’hui on va parler des Oscars. Je saiiis vous n’en pouvez plus, ça fait 24 heures que vous ne vivez plus qu’au rythme des déclarations de Jean Dujardin et vous n’espérez plus qu’une chose : que l’industrie du cinéma fasse faillite.

NON MAIS OH vous croyez que ça m’a plu de me taper Twilight pour comprendre le phénomène ??? NON ! Mais il est de notre devoir de savoir ce qu’il se passe dans le monde ! (comme les livres de vampires scintillants écrits par des auteures mormones).

Sachez que les vraies infos ne se limitent pas au triomphe de The Artist et Hugo Cabret. Petit topo rapide pour pouvoir frimer demain au bureau.

Meryl Streep et Jean Dujardin = BFF

Les Oscars 2012 : ce qu’il faut retenir.

–  Jean Dujardin a dit « put… » au micro. Si mes souvenirs en droit sont exacts, c’est passible de peine de mort au Texas. Mais « put… » est si frenchy, on se doute qu’ils vont tous trouver ça « adorabeûl » et laisser courir. Sacré Jean Dou Jawdin.

–  Alexandra Lamy était mieux sapée que Berenice Bejo. Et ça, c’est la honte.

–  On a vu : une jambe derrière un rideau. Très cadavérique et sentant probablement la naphtaline.

–  Pas de Kanye West ou Mathilde Seigner pour couper un lauréat en disant « BAH MOI J’AURAIS PRÉFÉRÉ QUE ÇA SOIT JEAN-BRYAN QUAND MÊME ! »

–  Meryl Streep a réussi à récupérer son 275eme prix, même enroulée dans une nappe.

–  Sacha Baron Cohen a renversé du sable sur un monsieur et par terre. On a pas trop compris, mais on est habitué aux coups de promo pas drôle de SBC.

–  Nathalie Portman était mal habillée. Un mythe s’effondre.

–  Jennifer Lopez était mal habillée, mais ça, on a l’habitude.

–  Gwyneth Paltrow était bien habillée. Mais tellement control freak. On devine aisément qu’elle attend la fin de la semaine pour aller péter dans une boîte à chapeau.

–  Tous les wannabes qui n’étaient pas invités se sont retrouvés en loosdé chez Elton John pour quand même un peu se montrer.

VOILA. … Bon d’aaaaccord, on arrête le cynisme cinq minutes. J’aime bien Jean Dujardin et l’équipe de The Artist, je suis contente qu’ils aient réussi, malgré mon amour pour The Descendants. Et Meryl Streep, c’est difficile de nier son talent.

Un autre jour je vous parlerai du festival du film de Sundance. Parce que ça les amis, ça me rend nettement moins apathique !